AMB
Wednesday 16 October 2019

Bristol 171 Sycamore HR.14B

Bristol 171 Sycamore HR.14B

L'ouverture de la base de Kamina impose dès 1954 la mise en œuvre d'hélicoptères de sauvetage au profit de l'Ecole de Pilotage Avancé. Des tests sont dans un premier temps menés avec un Sikorsky S-51 mais ils ne sont pas concluants, l'appareil n'ayant ni l'allonge ni des performances suffisantes pour remplir ce rôle. La Force Aérienne se tourne alors vers la firme britannique Bristol et porte finalement son choix sur le modèle 171 Sycamore.

Bristol 171 Sycamore HR.14B
Bristol 171 Sycamore HR.14B
Bristol 171 Sycamore HR.14B

Trois machines, codées OT-ZKA à OT-ZKC (B1 à B3), sont donc acquises en 1954 alors que les premiers aviateurs belges en apprennent le maniement depuis Filton. Tandis que deux appareils sont acheminés par C-119 à Kamina, le troisième décolle en juin 1954 pour la Belgique pour poursuivre la conversion des équipages. Il rejoint dans la soute d'un Flying Boxcar le flight SAR de Kamina en avril 1955. Outre les missions de sauvetage, le flight exécute de nombreuses autres tâches. Les hélicoptères sont notamment utilisés pour la reconnaissance de zones de largage au profit des para-commandos, l'évacuation sanitaire, le transport de VIP et lors des camps de survie des élèves-pilotes de l'EPA.

Bristol 171 Sycamore HR.14B Bristol 171 Sycamore HR.14B Bristol 171 Sycamore HR.14B

Etroitement liés à l'EPA de Kamina, les Sycamore ne lui survivront pas et périront tous en terre africaine. Le B1, qui avait déjà été accidenté avant sa livraison à la Force Aérienne, s'écrase le 31 mars 1960 à Lumwe, entraînant dans la mort ses trois occupants. Fin juillet, le B2, à la suite d'une avarie, se pose en autorotation à Busangu. L'équipage est récupéré et évacué. Seul un mécanicien reste sur place pour garder la machine. Le lendemain, un C-47 est envoyé sur la zone pour parachuter les pièces nécessaires. Le mécanicien, croyant que le pilote du Dakota ne l'a pas vu, lance une fusée de détresse. Il ne faut pas longtemps pour que la brousse – et l'hélicoptère – s'embrasent... Le B2 à ce moment n'est déjà plus en état de vol. Il est incendié volontairement en août pour éviter qu'il ne tombe aux mains des rebelles ou des troupes de l'ONU qui prendront bientôt possession de la base. Ainsi prend fin la courte histoire des premiers hélicoptères de la Force Aérienne.

Caractéristiques techniques
Type
Hélicoptère de sauvetage
Equipage
2 pilotes et un treuilliste
Longueur du fuselage
14,07 m
Hauteur
3,70 m
Diamètre du rotor principal
15,81 m
Moteur
1 x Alvis Leonides 173 de 520 chevaux
Masse à vide
1.740 kg
Vitesse maximale
204 km/h
Plafond maximal
3.000 m
Autonomie maximale
430 km

Texte : Vincent Pécriaux
Photos : via Guy Famenne, Serge Martin, Jean-Pierre Palla et Guy Rottheuth
Mise en page : Daniel De Wispelaere

Note : Reproduction interdite sans l'accord préalable écrit de leurs auteurs respectifs