AMB
mardi 12 décembre 2017

Florennes EBFS

Historique de la base de Florennes

florennes_thumb.gif
google_florennes

Google map - Florennes

La construction de la base de Florennes est le résultat du constat fait par les Allemands de l’existence d’une faille dans le système de défense aérienne de la Luftwaffe entre les aérodromes de Saint-Trond et de Laon-Athies.

Pour remédier à cette situation, il fut décidé de construire un nouvel aérodrome entre ces deux aérodromes. Après avoir visité plusieurs emplacements, le choix s’est finalement porté sur Florennes dont les installations serviront à abriter des unités de chasse de nuit.

  • Mai-juin 1942. Commencement des travaux. Plus de 3000 ouvriers mis à la disposition de l’Organisation Todt y participent.
  • Mars 1943. La première piste, orientée Est-Ouest est achevée. Le NJG 4, composé de trois escadrilles (équipées de Messerschmitt Bf 110) quitte Laon pour venir s’installer à Florennes.
  • 18 avril 1943. Achèvement de la deuxième piste.
  • Juin 1943. Achèvement de la troisième et dernière piste.
  • Août 1943. L’aérodrome est opérationnel.
  • Mi-septembre 1943. La deuxième escadrille du NJG 4 quitte Florennes pour l’Allemagne. Elle est remplacée par une nouvelle unité dotée de Junkers 88, type d’avion qui va progressivement équiper tout le groupe.
  • 14 novembre 1943. Arrivée d’une escadre de chasse de jour, la JG 26, équipée de Focke Wulf 190 et chargée d’intercepter les raids diurnes de bombardement de l’USAAF. La JG 26 quittera Florennes en avril 1944. Sur cette brève période, ses pilotes auront revendiqué 56 victoires au prix de 27 avions perdus et de 20 pilotes tués.
  • 10 avril 1944. Premier bombardement lourd des installations par des B-17.
  • Août 1944. Le NJG 4 quitte Florennes pour l’Allemagne.
  • 4 septembre 1944. Libération de la ville de Florennes par les troupes américaines.
  • 9 septembre 1944. Début des réparations des installations par les troupes de génie américaines.
  • 11 septembre 1944. Un B-24 se pose pour la première fois sur la piste de Florennes qui, dans la nomenclature des Alliés, devient l’aérodrome A-78. Différentes unités vont y stationner :
    • 422 Fighter Squadron sur P-61 Black Widow (16 septembre 1944).
    • 370 Fighter Group (401, 402 et 485 squadrons) sur P-38 Lightning (26 septembre 1944 – 27 janvier 1945).
    • 474 Fighter Group (428, 429 et 430 squadrons) sur P-38 Lightning (1er octobre 1944 – 30 mars 1945)
    • 365 Fighter Group (386, 387 et 388 squadrons) sur P-47 Thunderbolt (fin janvier 1945 – 16 mars 1945)
    • 344 Bomb Group (494, 495, 496 et 497 squadrons) sur B-26 Marauder (5 avril 1945 – 15 septembre 1945)
  • Mai 1946. Arrivée des troupes belges qui évaluent les installations et entreprennent les premiers travaux.
  • Juillet 1947. L’Etat belge reprend officiellement possession de l’aérodrome. Il est prévu d’y installer le 161ème Wing de Chasse à partir du 28 juillet 1947.
  • Octobre 1947. Arrivée des premiers Spitfire.
  • Février 1948. Le 161ème Wing prend la dénomination de 2ème Wing.
  • Juin 1951. Conversion sur F-84E Thunderjet.
  • 1955. Arrivée des premiers F-84F Thunderstreak.
  • 1970. Réactivation de la 8ème Escadrille chargée de la conversion sur Mirage V B.
  • Septembre 1971. Arrivée de la 42ème Escadrille de reconnaissance sur Mirage V BR.
  • 9 septembre 1983. Approbation par le gouvernement du déploiement de missiles de croisière américains de type GLCM.
  • 1er août 1984. Le 485th Tactical Missile Wing est activé sur la base de Florennes.
  • 14 octobre 1988. La 2ème Escadrille devient la première unité du 2ème Wing tactique opérationnelle sur F-16.
  • 28 février 1989. Désactivation du 485th TMW.
  • Avril 1989. Installation du TLP (Tactical Leadership Programme) dans une partie des infrastructures laissées libres par les Américains.
  • 04 Mars 1996. Arrivée de la 350ème escadrille.
  • 20 avril 2000. Dissolution de la 2ème escadrille.
Code OACI: EBFS

Elévation (point de référence, en pieds): 935 Coordonnées géographiques: 50° 14.5’ N - 04°38.9’ E Pistes : 2

Orientation: 08 -26 Elévation seuils de piste (en pieds): 912 - 935D Dimensions (en pieds): 11116 x 148


Texte : Vincent Pécriaux Photos : Daniel De Wispelaere et Vincent Pécriaux Note: Reproduction interdite sans l'accord préalable écrit de leurs auteurs respectifs