AMB
Friday 24 May 2019

Bye bye Sea King

43 années de service
60 000 heures de vol
3309 interventions
1757 vies sauvées

Le palmarès est éloquent. Entre le premier scramble du 14 décembre 1976 et le dernier stand-by du 9 mars 2019, qui s'est transformé en opération de recherche et de sauvetage dans les eaux néerlandaises, les équipages de Sea King n'ont eu de cesse de mener à bien leur mission première : porter secours aux personnes en détresse. Les annales retiendront bien entendu les grandes opérations comme le sauvetage du Herald of Free Enterprise, la catastrophe de Ghislenghien ou les attentats de Bruxelles. Mais ces hommes se sont également illustrés au quotidien en effectuant des transports de blessés ou d'organes vers différents hôpitaux du pays ou en recherchant des personnes disparues au large du littoral belge ou à l'intérieur des terres.

Survol du RS05 sur la plage de Coxyde Le RS05 posé sur la plage de Coxyde Le RS05 posé sur la plage de Coxyde
Le RS05 au-dessus de la plage de Coxyde Formation Sea King et Alouette III au-dessus de la plage de Coxyde Missions accomplies!


Le Sea King a fortement marqué de son empreinte l'esprit des Belges, en particulier à la côte, sa principale zone d'opération. Son retrait du service ne pouvait se faire sans un hommage appuyé. Le 21 mars 2019, la Défense avait prévu en matinée un vol le long du littoral, ponctué par dix haltes et par le dépôt d'un drapeau commémoratif dans les différentes stations balnéaires visitées. La population avait été invitée à saluer une dernière fois le RS05, et elle était est venue en nombre. Services de secours, écoles, riverains ou simples passants s'étaient rassemblés par centaines le long des plages.

Héli-treuillage du bourgmestre de Coxyde Marc Vanden Bussche   L'adieu au Sea King par de (très) jeunes fans!


Rentré à sa base, le RS05 a ensuite été préparé pour son ultime vol officiel, programmé en milieu d'après-midi. Accompagné de deux Sea King - un appareil allemand du MFG 5 de Nordholz et un autre du 330 squadron norvégien - ainsi que d'un NH90 et d'une Alouette III, il a décollé peu après 15 heures en direction de la côte. Une heure plus tard, les cinq hélicoptères ont remis le cap sur la base qu'ils ont survolée en formation. Puis, le RS05 a effectué une dernière démo SAR en face du hangar de maintenance avant de se poser, salué par les invités et les pompiers de la base.

Sea King - 330 squadron - RNoAF Sea King - MFG 5 de Nordholz Sea King du  MFG 5 et du 330 squadron - RNoAF
Take-off pour le dernier vol du RS05 Take-off pour le dernier vol du RS05 Take-off pour le dernier vol du RS05
Sea King  RS05 - 40 sqn - Sea King  du  MFG 5 - NH90 NFH - 40 sqn Formation Sea King, NH90 NFH, Alouette III Dernier toucher de roues pour le RS05
Le RS05 salué par les pompiers de la base Le RS05 salué par les pompiers de la base Le RS05 salué par les pompiers de la base


Le retrait du Sea King marque bel et bien la fin d'une époque et pourrait même hypothéquer le futur de la base si l'on en croit certaines informations, non confirmées pour l'instant. Quoi qu'il en soit, l'hélicoptère ne quittera pas totalement le territoire de Coxyde puisque la Défense vient de céder à la ville, pour un euro symbolique, le RS03 qui sera extirpé de son cocon et placé à un endroit qui n'est pas encore déterminé.​

Le Sea King Mk48 RS05 survole la plage de Coxyde Le fanion avec les missions acomplies Formation Sea King, NH90 NFH, Alouette III


Au-delà du symbole, on ne peut que témoigner un profond respect aux équipages de la 40e escadrille mais aussi à l'ensemble du personnel de l'unité et en particulier à la maintenance qui, pendant plus de quatre décennies, s'est employée à garder opérationnels les cinq Sea King dans un environnement salin peu hospitalier pour la mise en œuvre d'aéronefs.

Une page se tourne, mais la mission demeure. Aude Audenda.

Bye bye Sea King Sea King Mk48 - RS02 Farewell Tour
Sea King Mk48 - RS04 en 1985 Sea King Mk48 - RS01 Sea King Mk48 - RS05
Insigne du 40 sqn en 1982 Sea King Mk48 - RS03 Insigne 40 sqn actuel

Texte : Vincent Pécriaux
Photos : Belgian Defense, Daniel De Wispelaere et Vincent Pécriaux