AMB
mardi 30 mai 2017

Modernisation - C-130H

titre_modern_c130.jpg

Pour assurer la majeure partie de ses missions de transport, la Force Aérienne a acquis en 1972 douze C-130H Hercules. Ces appareils, affectés à la 20ème escadrille du 15 Wing de Transport Aérien et stationnés sur la base de Melsbroek, sont parmi les plus sollicités du parc aérien militaire belge. Assurant sans relâche des missions militaires ou humanitaires à travers le monde, les Hercules ont au fil des années accusé une certaine fatigue sur le plan de leur cellule. De même, les équipements sont devenus de moins en moins aptes à répondre aux exigences posées pour la bonne exécution des missions.

Le remplacement des appareils a un moment a été envisagé mais l’achat de nouveaux appareils modernes sortait du cadre du budget alloué aux forces armées. L’option retenue fut donc celle de la modernisation. Un programme de modernisation à mi-vie (Midlife Improvement Programme) a donc été mis en place dès 1990. Etalé sur cinq ans, il devrait permettre aux C-130H de poursuivre leurs activités jusqu’aux environs de 2018.

Le programme se composait de deux phases principales. La première visait à remplacer les demi-ailes extérieures des appareils. Cet élément de la voilure s’étend du bout de l’aile à la nacelle intérieure des moteurs. La corrosion et la fatigue du métal ont eu raison des structures d’origine qui accusent un sérieux fléchissement. Le programme de remplacement, qui s’est déroulé de 1990 à 1993, a été confié aux ateliers techniques de la SABENA qui se chargent déjà des entretiens majeurs des appareils de la 20ème escadrille.

La seconde phase, dont le coût s’est élevé à 1,3 milliard de francs, a porté plus particulièrement sur le remplacement quasi total de l’avionique de bord par de nouveaux équipements. Parmi ceux-ci, on notera l’installation :

  • d’un système de gestion de vol (FMS, Flight Management System) géré, tout comme l’ensemble de l’électronique de bord, par deux ordinateurs centraux
  • d’un GPS
  • d’un nouveau radar météo
  • de deux pilotes automatiques numériques
  • d’un nouveau système de commandes de vol
  • d’une plate-forme inertielle (INS, Inertial Navigation System).

Les systèmes de communication ont également été rénovés.

Des écrans cathodiques ont fait leur apparition dans le poste de pilotage et sont intégrés à l’Electronic Flight Instrumentation System (EFIS)

Cockpit modernisé, coté gauche
Poste du navigateur
Cockpit modernisé, coté droit

En marge de la phase Avionique, les C-130 belges ont été équipés d’éléments de protection (pose de blindage dans le poste de pilotage et lance-leurres thermiques) qui améliorent la sécurité des équipages appelés à voler souvent dans des zones pour le moins hostiles.

C-130H Hercules modernisé
Flares - Photo: SID www.mil.be

L’apparence extérieure des appareils a également été modifiée puisqu’ils ont délaissé leur camouflage trois tons pour une livrée gris moyen brillant qui offre l’avantage d’être plus facile à entretenir et de réduire la consommation en carburant.

En avril 2005, la Défense a conclu un contrat avec la société Thales Airborne Systems afin de doter les C-130H d'un nouveau système d'autoprotection. Il se compose principalement des éléments suivants:

  • Radar Warning Receiver CATS-100 (Compact Airborne Threat Surveyor) (Thales) constitué notamment de quatre Radar Direction Finding Units (RDFU) situées à la base de la dérive (2) et juste derrière le radome (1 de chaque côté);
  • AN/ALQ-213(V) Electronic Warfare Management System (EWMS) (Terma);
  • Advanced Countermeasure Dispensing System (ACMDS) en remplacement du CMDS déjà installé sur avion (Terma);
  • Situational Awareness Display (SAD).

Ces éléments, associés à l'AN/AAR-44 Infra Red Missile Warning System (IR-MWS) existant, sont intégrés dans un seul système. Parmi les fonctions de celui-ci, la réaction automatique à la menace (Electronic Combat Adaptive Processor, développé par Terma), l'enregistrement de données durant le vol (Organic Recording) et la possibilité pour l'équipage de s'entraîner dans un environnement de guerre électronique hostile simulé (Embedded Training).

L'intégration du système a été confiée à la firme danoise Terma et la réalisation des modifications et l'installation à la société portugaise OGMA. Le premier appareil, codé CH-04, est passé en atelier en novembre 2006. Il a servi d'avion d'essai avant la mise en chantier du reste de la flotte.


Texte : Vincent Pécriaux
Photos : Daniel De Wispelaere - SID
Note: Reproduction interdite sans l'accord préalable écrit de leurs auteurs respectifs